HISTORIQUE
> FAVEROLLES ET COEMY
PATRIMOINE
> L’église
> Les lavoirs

FAVEROLLES ET COEMY

1/ Faverolles
Faverolles signifierait « lieu ou l’on cultive des fèves ».
Les sources les plus anciennes retrouvées citant Faverolles dateraient de 1159, cependant notre village aurait été occupé depuis le néolitique « l’age de la pierre polie ».
Des restes d’un ancien cimetière gallo-romain ont été découverts en 1884 à proximité de la Tuilerie.

Faverolles étant jadis une terre agricole, elle continue de l’être aujourd’hui. Il est donc logique que le protecteur de notre belle commune soit Saint-Fiacre.
Mais qui est Saint-Fiacre ?
Fiacre serait né vers 590 et est issu de la noblesse Irlandaise. Il est moine herboriste et pratiquait ce que nous appellerons plus tard la phytothérapie.
Son frère étant destiné au trône, il pût se rendre dans le royaume Carolingien… la France. Il y fondera un monastère prés de Meaux où il guérissait bon nombre de malades à l’aide de plantes médicinales. D’abord accusé de sorcellerie, il fût reconnu Saint grâce aux vertus alors méconnues des plantes.
Il est le Saint patron des jardiniers, ses attributs sont la pelle et la bêche, il est célébré le 30 Août, c’est ainsi que pour honorer notre saint protecteur, la fête patronale se célèbre le dernier week-end du mois d’Août.

Les armes de notre commune sont ainsi représentées :

Nous pouvons voir sur le blason fretté d’argent,
un griffon d’or (créature légendaire au corps d’aigle greffé sur l’arrière d’une lion, aux oreilles de cheval),
nous pouvons retrouver le blason sur les murs de notre église.

2/ Coëmy
Coëmy pourrait signifier « cimetière » du latin coemetarium. Les sources les plus anciennes évoquant Coëmy datent du début du XI ème siècle.
Coëmy aurait servi pour enterrer les défunts, certaines sépultures datant du Moyen-Age y ont été retrouvées. Le chemin dit « des morts » pourrait affirmer ces sources, d’autant plus que la ferme des Malades, située sur la plateau de la commune de Tramery fût une léproserie (lieu d’isolement et prise en charge des malades de la lèpre), nous pouvons donc facilement imaginer que les défunts étaient descendus de la ferme des Malades par ce chemin des « morts » pour être enterrés sur les terres de Coëmy.

Le hameau de Coëmy possédait un château appartenant selon certaines sources à la famille Condé de Coëmy, ainsi qu’une chapelle dédiée à Saint Nicolas. Tous deux disparus depuis plus de deux siècles, il nous est pour le moment difficile de trouver plus de détails historiques, mais les recherches ne s’arrêterons pas là, nous espérons pouvoir trouver des photographies de cette époque.

3/ La fusion
• Le village de Faverolles et le hameau de Coëmy ont tous les deux fusionnés au début de la Révolution Française. Nous en ignorons encore les raisons mais ne manquerons pas de poursuivre les recherches à ce sujet.

Bon à savoir

Faverolles et Coëmy est associé aus Faverolles de France.
Un hommage aux 13 Faverolles de notre pays est proposé par Faverolles-sur-Cher.
Ce livre évoque les particularités historiques, géographiques et économiques de chacun d’eux.
Si vous souhaitez vous le procurer, rendez-vous à la mairie.
Karine vous le remettra contre la modique somme de 20€.

©Création Lyremo 2020       Mentions Légales